Première construction d’une maison ossature bois et isolation en paille en collaboration avec l’entreprise belge Paille-Tech pour la partie ossature.

Il s’agit d’une réalisation d’une construction avec un haut niveau de finition et de qualité des matériaux. Ce bâtiment, situé à Kaundorf, a été construit avec une structure en bois, une isolation en paille, des finitions intérieures en argile, bois et fermacel, un parement extérieur en crépi sur fibre de bois, des châssis en bois-alu et une isolation sous dalle en verre cellulaire. Le constructeur prévoit de limiter l’énergie grise de cette maison à son strict minimum en y mettant en œuvre des matériaux écologiques et naturels ayant capté du carbone pendant leur croissance.

Chauffage mural alimenté par un appareil tout en un compact qui combine intelligemment le système de ventilation et la pompe à chaleur air/eau.

Le système se monte entièrement dans la maison.

Ballon d’eau chaude de 235 litres combinée à 2 capteurs solaires.

Une citerne d’eau de pluie de 6000 litres a été placée.

Des panneaux photovoltaïques ont été installés (7.84kWp).

Kaundorf Maison isolée en paille


Notice: Array to string conversion in /home/wansart/www/wp-content/themes/wblank/single-realisation.php on line 75
Array

Télécharger le cahier des charges

  • Isolation

Les murs en ossature bois remplis de ballots de paille de 46 cm de large permettent d’atteindre les coefficients d’isolation des maisons passives (U=0,12W/m²K).

  • Inertie thermique et hygrométrie

Les enduits d’argile peuvent être directement appliqués sur la paille, ce qui évite de multiplier les couches de panneaux divers. De 3 à 4 cm en moyenne, ils apportent une inertie importante au bâtiment. En outre, la terre crue, qui est un fabuleux régulateur hygrométrique, est garante d’un confort incomparable : pas de buée sur les fenêtres ou les miroirs, pas de gorge irritée par un air trop sec.

  • Santé  

Une maison sans produits chimiques, sans colles et sans peintures, c’est désormais possible et c’est bien meilleur pour la santé de ses occupants.

  • Résistance au feu et longévité

Contrairement à certains a priori, la paille en ballot résiste très bien aux incendies, qu’elle n’alimente pas. Elle garde son pouvoir isolant même confrontée à de très hautes températures, d’autant plus lorsqu’elle est enduite d’argile. Les pompiers français et allemands ont fait des expériences édifiantes, valables pour toute l’Europe.

La longévité des ballots de paille dans la construction est attestée par leur état impeccable dans des réalisations vieilles de plus d’un siècle.

De plus, les rongeurs ne s’y plaisent pas : trop compact et sans valeur nutritive.

  • Produits locaux abondants, non transformés et recyclables  

A l’heure de l’économie circulaire, que peut-on rêver de mieux pour construire des bâtiments ? Aucune pollution à l’entrée, aucune à la sortie, tout peut retourner à la terre en cas de besoin.

  • CO2

Le bois et la paille ont stocké du carbone durant leur croissance. Contrairement aux autres techniques, l’isolation en paille constitue un puits de carbone. On estime qu’il faut 10 ans pour que la consommation de carbone des habitants d’une telle maison pour se chauffer ne dépasse la quantité stockée dans les murs.

Évolution du projet

Nos partenaires